Alors que le confinement résonne encore dans nos esprits, pour les marques l’heure est à la vérité.

PARTAGER

Des marques qui se débattent tandis que les français s’adaptent.

Il est donc grand temps pour elles de déployer la sacro sainte résilience et de la voir comme une nécessité incontestée. L’idée n’est plus de subir mais d’agir en créant du sens et de la cohérence, en décelant des occasions d’agir et d’évoluer. Un environnement où le contexte nous souffle de voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide.

Seulement, la résilience est un concept controversé et revendiqué par les marques alors qu’il reste incompris et donc mal abordé. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, elle ne représente pas une position statique. Elle évolue et constitue un processus qu’il est nécessaire de dérouler au fil du temps. Dans un article, L’ADN mettait en lumière les HRO, ou High Reliability Organization, traitant des acteurs des secteurs où la catastrophe n’est pas une option : l’aviation, le nucléaire et l’hôpital par exemple. Un secteur exemplaire qui ne connaît que la crise et enseigne donc aux marques de tous horizons, l’importance de performer dans l’inattendu.

 

 

RÉSILIENCE

Demain, tout le monde sera un gestionnaire de crise et cultiver une capacité à improviser selon des opportunités ne sera plus une option. C’est en temps de crise que Nike a révélé ses meilleures campagnes et dernièrement, celle sur le mouvement Black Lives Matter et plus particulièrement à la mort de George Floyd en mai dernier. Elle y présentait son célèbre slogan détourné de “Just Do It” à “Don’t Do It”. Un tweet massivement visionné par près de 6,7 millions de personnes et retweeté par son principal concurrent, Adidas. Les plateformes de streaming, Netflix et Hulu, s’étaient aussi associées autour de la cause en prenant la parole sur Twitter.

Des exemples qui nous prouvent qu’il n’y a pas de frontières à la résilience.

ADAPTANCE

Dernièrement, on pense aussi à Macdonald’s qui déclarait aux français : “Revenez comme vous êtes”, Dove qui mettait en lumière les marques du visage dûent aux masques avec “Courage is Beautiful” ou encore Burger King qui plongeait ses clients dans l’esprit de Noël pour en finir avec l’année 2020. Autant de marques qui ont fait de cette crise l’occasion de développer le lien avec les consommateurs. 

Après une crise on ne parle donc pas d’héroïsme, on parle d’un phénomène d’adaptance
On ne se cache pas derrière des évènements, on aime ses échecs et on les apprivoise. On ne cherche pas un responsable, on se soutien de manière collective. On ne voit pas une crise comme une finalité mais comme une chance d’évoluer. On ne se contente pas de l’existant, on agit.

Sources :  L’Adn, Influencia, Dans ta Pub, Le Figaro, La Réclame

Crédits photographiques : Ian Dooley, Diya Pokharel, Josh Calabrese, Godisable Jacob, Mododeolhar sur les sites Pexels et Unsplash

Découvrez-en

PLUS

Les influenceurs, des cibles déjà conquises ?

1 octobre 2020

Les influenceurs, des cibles déjà conquises ?

#INNOVER
L’ère de la proxitanéité

1 octobre 2020

L’ère de la proxitanéité

#COMPRENDRE
Passer en mode « bienveillance »

27 septembre 2020

Passer en mode « bienveillance »

#COMPRENDRE